Défaillances de la reliure: Papier – interaction adhésif Hotmelt

Lorsque les pages d’un livre sont détachées par elles-mêmes lors de l’ouverture de 180º ou en les tirant, on tend à mettre le blâme sur l’adhésif. Cependant, la qualité du papier est très importante, en particulier son absorption.

Pourquoi une reliure s’enlève-t-elle ?

Un papier à absorption moyenne-élevée ne pose pas de problèmes de pénétration de l’adhésif et presque n’importe quel adhésif peut être utilisé pour ce type de papier. D’autre part, lorsque le papier présente une mauvaise absorption, des adhésifs de haute qualité contenant des résines très adhésives sont nécessaires. De plus, l’adhésif doit être appliqué à une température plus élevée pour favoriser la pénétration de l’adhésif dans les fibres de papier.

Une absorption faible/médiocre peut être due à l’utilisation de vernis, qui sont normalement utilisés pour rendre l’encre plus claire et donner au papier une meilleure apparence. Dans ce cas, il est très important que le vernis soit complètement sec et pénétré dans le papier avant le processus de reliure : il doit commencer 48 heures après l’application du vernis, 24 heures étant la limite inférieure. Sinon, le vernis ne sera pas assez sec et agira non seulement comme un matériau antiadhésif repoussant l’adhésif, mais il sera également capable de l’adoucir en raison d’une réaction chimique entre le vernis et les composants adhésifs.

Comment savoir si le papier convient à notre application ?

Un moyen rapide et facile de vérifier si le papier montre une absorption élevée ou faible est d’appliquer un marqueur fluorescent aqueux (un sans alcool afin d’avoir une tension superficielle élevée). Comme on peut le voir à la figure 1a, un papier à faible absorption (en haut) montre une application irrégulière et même quelques trous sont observés. Cet effet n’est pas observé lorsque le papier montre une bonne absorption (fond). Si les deux applications sont vérifiées au microscope (figure 1b), les irrégularités et les fibres désordonnées du papier à faible absorption sont clairement observées.

Figure 1. Application d’un marqueur fluorescent aqueux dans deux papiers à absorption différente. (b) Application au microscope.

Comment mesure-t-on l’absorbtion du papier ?

L’absorption du papier ou du carton de taille est déterminée par l’absorptivité de l’eau selon la norme ISO 535 :1991, également connue sous le nom de méthode Cobb. Il consiste en une analyse gravimétrique dans laquelle le papier est pesé avant et après son exposition à l’eau dans un temps donné. Figure 2 montre comment cette determination est effecfuée:

  • Le papier pesé est placé dans le support et fixé fermement pour empêcher toute fuite
  • Une quantité spécifique d’eau, qui dépend de la section interne du support (100 ML d’eau pour 100 cm2), est versée à l’intérieur du support et y est conservée pendant un certain temps selon l’essai
  • Ensuite, on retire l’eau, on retire le papier du support et on élimine le surplus d’eau en plaçant l’échantillon entre deux feuilles de papier buvard avec un grammage d’environ 250 g/m2 et en déplaçant un rouleau métallique (acier inoxydable, 200 mm de longueur, 90 mm de largeur, 10 kg) une fois de retour et une fois vers l’avant sur le buvard sans exercer de pression supplémentaire sur le rouleau
  • Le papier mouillé est pesé de nouveau. Les résultats sont donnés en μg/m2 (eau absorbée en grammes par mètre carré)
Calcular absorción de un papel

Figure 2. Méthode Cobb pour la détermination de l’absorption de l’eau.

Cette méthode ne convient pas pour le papier poreux comme le papier journal ou les papiers non saisis comme le papier buvard et d’autres papiers dont l’absorption de l’eau est relativement élevée. Il peut ne pas convenir pour le papier de grammage inférieur à 50 g/m2 ou le papier gaufré.

La figure 3 montre la différence d’absorptivité en eau de deux feuilles de papier juste après la procédure susmentionnée. En un coup d’œil, on peut voir que le papier de gauche montre une absorption irrégulière et médiocre.

Absorción de diferentes papeles

Figure 3. Absorption de différents papiers.

Il convient de noter que, tout comme une mauvaise absorption du papier cause des problèmes dans l’application correcte de l’adhésif, un papier montrant une absorption excessive serait également problématique, spécialement pour l’adhésif appliqué sur les côtés du livre. Dans ce cas, le papier absorberait trop d’adhésif, laissant très peu pour le collage correct. Le papier utilisé pour l’impression offset a généralement une valeur Cobb entre 20 et 35 g/m2. Un papier buvard indique des valeurs supérieures à 150 g/m2 alors que le papier utilisé pour l’emballage serait inférieur à 20 g/m2.

En résumé, il ne faut pas oublier que le processus de reliure comporte deux parties : l’adhésif (hotmelt) et le papier. Lorsque les pages se détachent du dos du livre, on tend à blâmer l’adhésif, mais souvent la cause du problème est le papier. La présence de vernis mal appliqué/séché entraîne une mauvaise absorption de l’adhésif, empêchant sa pénétration correcte et donc sa bonne performance.

By |2019-04-03T10:46:39+00:0003/04/2019|Encuadernación, hotmelt, Productos Colcar|